Cuisine japonaise : quatre meilleurs plats nippons

Encore appelée washoku, la cuisine japonaise constitue la grande richesse de ce pays en matière gastronomique. En effet, elle compte plusieurs plats qui font partie des meilleurs et des plus délicieux. Faisons un tour d’horizon des quatre meilleurs plats du Japon.

Les nouilles Soba

En japonais, les nouilles de sarrasin sont appelées Soba. Fines et similaires aux spaghettis, elles sont faites à base de farine de sarrasin. Ces nouilles jouissent d’une popularité particulière à Tokyo. Néanmoins, leur histoire remonte aux temps entre XVIIe et le XIXe siècles. Il s’agit de la période Edo au cours de laquelle ces plats furent très reconnus par les Samouraïs. Souvent agrémentées d’un œuf, vous pouvez en prendre avec ou sans bouillon, à chaudes ou froides.

Lire également : Chablis : Terroir unique, vins exceptionnels

Les nouilles Ramen

Non seulement ce plat est moins cher mais en plus il fait également partie des plus connus. Pourtant, il s’agit d’un plat aussi délicieux que ceux qui coûtent un peu plus chers. Simples à préparer, les Ramen sont des nouilles de blé faites à la chinoise.

Le Tempura

Ce mets s’apparente à un beignet frit. En effet, il est question d’une technique de friture apportée au Japon par des missionnaires jésuites portugais pendant le XVIe siècle. Dès lors, les nippons transforment tout en tempura : des légumes, des produits de mer, etc. La technique consiste à les plonger dans une pâte à frire légère, puis, mettre cette dernière à la cuisson parfaite. Ce délicieux repas accompagne parfaitement les nouilles, le riz ou un barbecue.

A lire aussi : Quelle huile neutre pour les huiles essentielles ?

Les Sushis

Comme une tradition, le meilleur est souvent réservé pour la fin, ce qui justifie la position des Sushis dans la présentation. Ces plats ont fait au Japon une excellente place sur la liste des saveurs. En effet, il s’agit du mets le plus populaire du Japon. Faits de petites boules de riz, ils représentent à présent le mets qu’il faut tremper dans la sauce soja. Nonobstant, maîtriser sa réalisation à la perfection peut prendre des années.

Le Yakitori

Le Yakitori est une brochette de poulet grillé, tendre et savoureuse. Il s’agit d’un plat très populaire dans les bars et restaurants japonais. Les morceaux de viande sont embrochés sur des bâtonnets en bambou puis marinés dans une sauce soja sucrée avant d’être grillés lentement sur un feu de charbon de bois.

Le secret du Yakitori réside dans la cuisson à feu doux : elle permet au poulet de rester juteux tout en développant une saveur fumée subtile qui se marie parfaitement avec la sauce soja sucrée.

Il existe différents types de Yakitori. Le plus commun est le Negima, qui alterne morceaux de poulet et oignons verts. Mais on peut aussi trouver du Momo (cuisse), Tsukune (boulette) ou encore Sunagimo (foie).

Ce plat simple mais délicieux a gagné en popularité à travers le monde entier ces dernières années, notamment grâce aux stands éphémères installés lors des festivals culinaires internationaux.

Le Tonkatsu

Le Tonkatsu est un plat populaire de la cuisine japonaise qui consiste en une escalope de porc panée et frite. Cette spécialité culinaire a été introduite au Japon à la fin du 19ème siècle, pendant l’ère Meiji, par des immigrants européens. Depuis lors, elle est devenue un incontournable dans les menus des restaurants japonais.

La préparation du Tonkatsu commence par le choix d’une belle escalope de porc bien tendre. Celle-ci doit être légèrement aplatie pour obtenir une épaisseur uniforme avant d’être passée dans une panure constituée de chapelure panko, plus légère et croustillante que la chapelure traditionnelle.

Une fois panées, les escalopes sont plongées dans l’huile chaude jusqu’à ce qu’elles soient parfaitement dorées. Le Tonkatsu doit être servi rapidement après sa cuisson afin qu’il reste croustillant à l’extérieur tout en restant juteux à l’intérieur.

Le Tonkatsu peut être accompagné d’une variété de sauces selon les goûts : il est souvent servi avec une sauce tonkatsu maison faite à partir de ketchup, sauce Worcestershire et autres ingrédients secrets propres à chaque restaurant japonais.

Ce plat simple mais savoureux se marie parfaitement avec du riz blanc ou encore pour accompagner des nouilles soba ou udon.

Le Miso soup

La soupe de miso, ou Miso soup, est une entrée traditionnelle de la cuisine japonaise. Elle se compose d’un bouillon à la saveur umami (la cinquième saveur en plus des quatre classiques : sucré, salé, acide et amer) à partir duquel on ajoute du miso, une pâte fermentée à base de soja et d’autres grains tels que le riz ou l’orge.

La Miso soup est souvent servie comme accompagnement au petit-déjeuner car elle contient peu de calories et donne un coup de fouet pour bien commencer la journée. Cette soupe peut aussi être consommée en tant que repas principal si elle est enrichie avec des légumes et/ou des nouilles udon ou soba.

Pour préparer cette soupe nourrissante, il faut tout d’abord faire chauffer un bouillon dashi (bouillon à base d’algues séchées appelées kombu), puis y incorporer du tofu coupé en dés ainsi que quelques algues wakame réhydratées. On rajoute le miso dilué dans un peu d’eau tiède pour éviter les grumeaux.

Il existe plusieurs types de misos qui peuvent varier selon leur couleur allant du blanc translucide au rouge-brun en passant par toutes les nuances intermédiaires. Les différents types ont chacun leur propre goût unique dépendant notamment du temps de fermentation mais aussi des ingrédients utilisés dans leur fabrication.

Cette soupe savoureuse n’est pas seulement délicieuse, mais elle est aussi très saine en raison de sa richesse en protéines et autres nutriments essentiels. Une portion de Miso soup par jour peut aider à renforcer le système immunitaire et à améliorer la digestion.

Le Okonomiyaki

Le troisième plat incontournable de la cuisine japonaise est l’Okonomiyaki, une sorte d’omelette épaisse à la fois croustillante et moelleuse, garnie de différentes sortes selon les envies. Ce plat typique d’Hiroshima et d’Osaka a été inventé dans les années 1930 et son nom signifie littéralement ‘ce que vous voulez’ en japonais.

La recette traditionnelle de l’Okonomiyaki se compose de chou râpé, de farine, d’œufs, de dashi (bouillon), et peut être agrémentée avec des ingrédients comme des crevettes, du porc ou encore du calamar. Pour terminer sa préparation, on ajoute une sauce spéciale appelée Okonomiyaki sauce ainsi qu’une mayonnaise maison qui vient adoucir l’ensemble.

C’est un plat très convivial puisqu’il se partage entre amis ou en famille autour d’un grill central où chacun peut faire cuire sa propre portion. Il est aussi possible de trouver ce met dans les restaurants spécialisés appelés okonomiyaki-ya.

Aujourd’hui, il existe plusieurs variantes régionales telles que le negi-tama (à Tokyo) composé principalement d’oignons verts émincés ; ou bien encore le modan-yaki (dans la ville portuaire d’Hiroshima) qui contient généralement des udon nouilles ainsi que des fruits de mer comme des moules et des calamars.

Le savoureux mélange sucré-salé-croquant-moelleux fait de l’Okonomiyaki un véritable plat réconfortant qui plaira à tous les amateurs de cuisine japonaise.